Un cas de prurit cervico-facial félin d’origine parasitaire

Bouba est un chat européen mâle castré de 9 ans référé car il présente depuis environ 2 mois un prurit sévère au niveau de la tête et du cou. De plus, la propriétaire rapporte également depuis peu des symptômes généraux, le chat est moins dynamique et son appétit est diminué. Il a reçu récemment 1 pipette de Stronghold 2 fois à 3 semaines d’intervalle et de la prednisolone à 1 mg/Kg/jour pendant 1 semaine permettant une amélioration modérée et temporaire du prurit.

 

Isabelle Remy

CES Dermatologie, Consultante en dermatologie à la Clinique Vétérinaire Universitaire de Liège

Chaussée de Dinant, 51   5170 Profondeville Belgique

 

Bouba n’a pas d’antécédents médicaux. Il est en ordre de vaccination. Il vit seul avec accès au jardin et a peu de contacts avec des congénères. Il est nourri avec des croquettes du commerce.

 

Examen clinique

L’examen général est normal. L’examen dermatologique montre des lésions localisées au niveau de la tête et du cou : alopécie, érosions, ulcérations, croûtes (Photos 1,2,3)

Un examen otoscopique ne révèle aucun signe d’otite.

 

Un cas de prurit cervico-facial félin d'origine parasitaire

Photo 1 : Présence d’une petite lésion ulcérée sur la tête et d’une lésion croûteuse sous l’œil gauche

 

Un cas de prurit cervico-facial félin d'origine parasitaire

Photo 2 : Alopécie, érythème, lésion érosive et croûteuse au niveau de la face externe du pavillon auriculaire droit

 

Un cas de prurit cervico-facial félin d'origine parasitaire

Photo 3 : Alopécie, érosions, croûtes au niveau de la face latérale gauche du cou

 

Hypothèses diagnostiques

Les causes possibles sont multiples. Parmi les principales hypothèses, on peut considérer :

  • une ectoparasitose: démodécie, (otodectose), (gale notoédrique)
  • une dermatite allergique: DAPP, allergie alimentaire, dermatite atopique
  • une pyodermite bactérienne (primaire ou secondaire)
  • une dermatophytose

 

Examens complémentaires

Des raclages révèlent la présence de demodex cati (Photo 4) en nombre modéré.

 

Un cas de prurit cervico-facial félin d'origine parasitaire

Photo 4 : Demodex cati (tumblr.com)

Un examen à la lampe de Wood est négatif. Un trichogramme ne met rien en évidence.

 

Un cas de prurit cervico-facial félin d'origine parasitaire

Des cytologies (calques par impression) au niveau des lésions les plus suintantes au niveau du cou montrent des neutrophiles dégénérés et de nombreux coques à la fois extra et intracellulaires (Photo 5).

Photo 5 : Phagocytose bactérienne

 

Etant donné les symptômes généraux et la démodécie, un bilan sanguin est réalisé d’emblée. L’hématologie révèle une leucopénie (2970/mm3), la biochimie est normale, le test FELV est négatif mais le FIV est positif.

 

Diagnostic 

Un diagnostic de démodécie féline avec surinfection bactérienne et infection concomitante par le virus de l’immunodéficience féline est retenu. Ce dernier point assombrit le pronostic.

SI VOUS ETES VETERINAIRE : Pour lire la suite de cet article, veuillez vous enregistrer en haut à droite. Merci