Puis-je effectuer une sérologie IgE ou un test intradermique lorsque mon patient est traité avec des glucocorticoïdes, de la cyclosporine, de l’oclacitinib ou du lokivetmab ?

Cette question est très pertinente pour la pratique vétérinaire quotidienne, car la plupart des animaux de compagnie présentant des signes cliniques actifs sont déjà traités avec des médicaments anti-allergiques au moment où la discussion se pose de tester ou non les sensibilités aux IgE avant de commencer l’immunothérapie aux allergènes.

Puis-je effectuer une sérologie IgE ou un test intradermique lorsque mon patient est traité avec des glucocorticoïdes, de la cyclosporine, de l’oclacitinib ou du lokivetmab ?

 Thierry Olivry

Professeur de recherche en immunodermatologie

NC State University College of Veterinary Medicine, Raleigh, Caroline du Nord, États-Unis

Conseiller scientifique et consultant en dermatologie et allergie

Nextmune, Stockholm, Suède

 

En 2013, sous les auspices du Comité international des maladies allergiques des animaux (ICADA), mon ami Manolis Saridomichelakis de l’Université de Thessalie, en Grèce, et moi-même avons publié une revue basées sur l’évidence des temps de retrait pour les médicaments anti-allergiques avant de faire des tests sérologiques spécifiques par voie intradermique ou IgE chez des chiens.  (Olivry et Saridomichelakis, Vet Dermatol, 2013).

Après avoir examiné les données disponibles au moment de la publication, nous avons synthétisé les résultats dans le tableau suivant :

Puis-je effectuer une sérologie IgE ou un test intradermique lorsque mon patient est traité avec des glucocorticoïdes, de la cyclosporine, de l’oclacitinib ou du lokivetmab ?

Dans la troisième colonne, les “temps de retrait optimaux – TRO ” sont ceux prouvés, ou très probables, de n’avoir aucune interférence avec les résultats des tests. Dans la colonne la plus à droite, nous avons défini un temps de retrait minimal, c’est-à-dire les durées qui pourraient, tout au plus, être associés à un petit effet inhibiteur, mais qui ne devrait pas interférer avec l’interprétation des résultats d’essai.

Il manque évidemment de nouveaux médicaments dans ce tableau : l’oclacitinib (Apoquel, Zoetis) et le lokivetmab (Cytopoint, Zoetis), mais ils n’étaient pas disponibles sur le marché au moment de notre étude.

J’ai donc recherché dans mes bases de données préférées et mes résumés de congrès pour trouver les informations nécessaires. Lors du North American Veterinary Dermatology Congress de 2015, des collègues de l’Université d’État du Michigan ont clairement établi que l’oclacitinib n’interférait pas avec l’interprétation de la sérologie IDR ou IgE. Lors du Congrès mondial de dermatologie vétérinaire de 2016, une étude réalisée par Zoetis a montré que, dans un modèle canin d’allergie aux acariens domestiques, le lokivetmab n’avait aucun effet inhibiteur sur la sérologie IDR ou IgE, résultat attendu en raison du mode d’action sélectif de ce produit.

Pour l’oclacitinib et le lokivetmab, je dirais donc que les temps de retrait minimaux (TRM) sont « 0 » pour les tests sérologiques intradermiques et IgE, ce qui signifie qu’on peut effectuer les deux formes de tests lorsque les chiens sont traités avec l’oclacitinib et le lokivetmab, comme indiqué ci-dessus pour la ciclosporine.

Vous pourriez me demander :  « Et qu’en est-il des chats ? ».  Malheureusement, au cours de mes recherches et mon examen de la littérature, je n’ai pu identifier qu’un seul article faisant état de résultats dans un modèle expérimental d’asthme allergique chez les chats (Chang, Vet Immunol Immunopathol 2011). Dans cette étude, la prednisolone orale et le budésonide inhalé ont nui aux résultats de l’IDT, mais pas à la sérologie. Je propose donc des TRO de 14 et 0 jours pour l’IDR et la sérologie, respectivement ; ces temps sont les mêmes pour les chiens (voir tableau ci-dessus).

Malheureusement, je n’ai pas pu trouver de données pour déterminer les temps de retrait de la ciclosporine et de l’oclacitinib avant les tests sérologiques IDT ou IgE chez les chats. Néanmoins, il n’y a aucune raison de soupçonner que les temps seraient différents de ceux des chiens – après tout, les mécanismes d’action d’un médicament ne devraient-ils pas être les mêmes pour toutes les espèces ?

Donc, pour répondre à la question initiale, je vous répondrai par ma réponse préférée : « ça dépend! »  En effet, les temps de sevrage dépendront toujours du mécanisme d’action d’un médicament et probablement de son dosage. Les glucocorticoïdes et les antihistaminiques de type 1 interfèrent généralement avec les résultats de l’IDT. Entre-temps, la ciclosporine, l’oclacitinib et le lokivetmab ne devraient pas affecter les résultats des tests cutanés aux doses couramment utilisées pour traiter les animaux allergiques. Enfin, aucun de ces médicaments n’aura typiquement d’impact sur les résultats de sérologie IgE, donc les chiens (et probablement les chats) peuvent avoir des tests sanguins de sensibilisation effectués à tout moment !