Mise au point et actualités dans le traitement des troubles de la kératinisation du chien et du chat

Les troubles de la kératinisation constituent un motif fréquent de consultation.


Auteur : William Bordeau en partenariat avec  Mise au point et actualités dans le traitement des troubles de la kératinisation du chien et du chat
Consultant exclusif en dermatologie
Cabinet VetDerm,
1 avenue Foch 94700 MAISONS-ALFORT

Novembre 2016


Cela est due, en partie, au fait qu’ils sont généralement secondaires, et résultent notamment de différentes dermatites allergiques comme la dermatite atopique et la dermatite par allergie aux piqûres de puces.

Mise au point et actualités dans le traitement des troubles de la kératinisation du chien et du chat

Photo 1 : Manchons pilaires dus à une adénite sébacée chez un Akita inu

En effet, les 10 dernières années ont connu un véritable essor dans la gestion des troubles de la kératinisation. Cela est du à différentes choses. Tout d’abord, une meilleure compréhension de l’anatomie et de la physiologie cutanée, et notamment des mécanismes de prolifération, de différenciation, et de desquamation. Deuxièmement, c’est la prise de conscience que bon nombre de chiens présentant un trouble primaire de la kératinisation, ont une dermatite allergique concomitante, compliquée par une dermatite à Malassezia ou une pyodermite, et que celles-ci doivent être correctement gérées en parallèle. Troisièmement, de nombreux topiques anti-séborrhéiques potentiellement efficaces ont été commercialiés. Quatrièmement, sont apparus divers rétinoïdes en topique ou systémique, qui permettent maintenant de bien contrôler différents troubles primaires de la kératinisation. Finalement, la ciclosporine s’est montrée efficace, hors AMM, dans certains troubles de la kératinisation. Passons en revue ces différents traitements.
Les traitements topiques constituent la très grande majorité des traitements utilisés lors de troubles de la kératinisation. Ce sont essentiellement les shampooings qui sont employés. Chez les chiens à poils longs qui présentent un fort squamosis, il peut être intéressant de tondre préalablement l’animal, ce qui rendra d’autant plus efficace le traitement topique. De même, avant réalisation du shampooing anti-séborrhéique, il peut être intéressant de préalablement effectuer un shampooing doux visant à augmenter l’efficacité du shampooing suivant. Ces shampooings doivent être laissés en contact avec la peau pendant 10 à 15 minutes, et ils doivent être répétés 2 à 3 fois par semaine jusqu’au contrôle du squamosis et de l’odeur. Par la suite,un rythme minimal et efficace et déterminé en fonction de l’animal et de sa dermatose. La fréquence de ces shampooings varie avec la saison, qui déterminera la possibilité ou non de réaliser des shampooings fréquents, et par le fait que les fortes chaleurs favorisent l’existence d’un pelage anormalement gras, d’un squamosis et de complications fongiques ou bactériennes.
Les shampoings employés varient selon l’existence d’une séborrhée sèche ou grasse.
Les séborrhées sèches surviennent lors de séborrhées primaires idiopathiques, lors d’adénite sébacée, d’ichtyose, de dermatose améliorée par le zinc, de différentes dermatoses parasitaires comme la cheylétiellose, ou encore lors de certaines dermatoses auto-immunes comme le pemphigus foliacé.

SI VOUS ETES VETERINAIRE : Pour lire la suite de cet article, veuillez vous enregistrer en haut à droite. Merci