Gestion d’un cas de complexe granulome éosinophilique chez un chat


Gestion d’un cas de complexe granulome éosinophilique chez un chatAuteur : Éric Florant – Janvier 2008
Ces de Dermatologie – Ex chargé de consultation de dermatologie ENVA
Clinique vétérinaire Les Sablons
78370 Plaisir

 


Motif de consultation

Un chat européen mâle castré âgé de 4 ans nous est référé pour un prurit récidivant depuis l’âge de 18 mois. Les rechutes sont de plus en plus fréquentes, conduisant les propriétaires à venir en consultation spécialisée.

Commémoratifs:

Ce chat a été adopté vers l’âge de 3 mois, et vit sans autres animaux dans une maison. Il n’a pas d’autres antécédents médicaux.

Anamnèse:

Cette dermatose est apparue pour la première fois vers l’âge de 18 mois. Elle a été traitée avec succès par des injections de corticoïdes retard. Les rémissions étaient variables allant de 2 à 4 mois, mais les épisodes se sont rapprochés de plus en plus. Depuis son problème dermatologique, il est traité régulièrement une fois par mois, contre les puces avec un antiparasitaire externe (Frontline®). Un régime hypoallergénique (Hill’s Feline Z/D en croquettes) strict a été prescrit pendant plusieurs mois sans effet.

Examen général:

L’examen général du chat est normal. Il ne présente pas de changement dans son comportement, à part qu’il se lèche beaucoup, et se gratte.

Examen dermatologique

Les lésions sont localisées au niveau facial, ainsi qu’au niveau de la face interne des cuisses. Au niveau facial, elles se situent en avant des oreilles, en particulier en avant d’une des 2 oreilles, ainsi qu’au niveau du bas du cou près du menton. Les lésions érythèmateuses, sont surtout des lésions secondaires suite au grattage: on note des excoriations et des croutes, la peau apparaît suintante par endroit

Gestion d’un cas de complexe granulome éosinophilique chez un chat

Gestion d’un cas de complexe granulome éosinophilique chez un chat

Au niveau des faces internes des cuisses, les lésions sont d’aspect différents: nombreuses plaques (= peau épaissie) érythémateuses, ulcérées et suintantes, de taille variable, relativement circulaires.

Gestion d’un cas de complexe granulome éosinophilique chez un chat
Gestion d’un cas de complexe granulome éosinophilique chez un chat

Le passage d’un peigne à puces, ne montre pas de traces de parasites externes.

Diagnostic différentiel

L’aspect clinique nous oriente très fortement sur des lésions du complexe granulome éosinophilique félin. L’association avec des lésions de grattage faciales bilatérales est en faveur d’une origine allergique. Les autres hypothèses à envisager par rapport à la présence de plaques épaissies son très peu probables étant donné leur aspect et surtout leur localisation: mycosis fongoïde, mastocytome, mycose sous cutanée ou mycobactériose. Les lésions faciales ulcérées pourraient éventuellement être en rapport avec une dermatose à cellules géantes secondaire au Felv, et très peu probablement une dermatose virale de type herpes virose, un épithélioma spinocellulaire, ou une cryptococcose.

Examens complémentaires immédiats

Calques cutanés: au niveau des plaques, on remarque des polynucléaires éosinophiles en grande quantité (plus de 50% des cellules visibles sur le calque), ainsi que des granulations éosinophiles extracellulaires (correspondant à la dégranulation de certains éosinophiles). Nous notons aussi la présence de neutrophiles avec des coccis phagocytés.
Raclages négatifs
Test Felv Fiv: (Combo Felv Fiv Idexx) négatif.

Diagnostic

Nous sommes donc en présence de lésions du complexe granulome éosinophilique très probablement d’origine allergique avec une surinfection bactérienne

SI VOUS ETES VETERINAIRE : Pour lire la suite de cet article, veuillez vous enregistrer en haut à droite. Merci