Dermatite éosinophilique et œdème chez un Braque de Weimar évoquant le syndrome de Wells

Arthus est un Braque de Weimar mâle d’un an qui est présenté en urgence à la Clinique Vétérinaire Universitaire de Liège pour diarrhée hémorragique. La diarrhée a débuté 4 jours auparavant et a été traitée initialement avec du lopéramide …

 

Isabelle Remy

CES Dermatologie, Consultante en dermatologie à  l’Université de Liège
Chaussée de Dinant, 51   5170 Profondeville Belgique

 

Depuis la veille, le chien présente également de l’hématémèse et de l’hématochézie, de l’abattement et son appétit est diminué. Il a reçu alors différents traitements dont une fluidothérapie et du métronidazole mais son état s’est aggravé.

Arthus ne présente aucun antécédent médical et est en ordre de vaccination et de vermifugation.

L’examen général révèle une congestion des muqueuses, une légère déshydratation, une tachycardie modérée et une palpation abdominale douloureuse crânialement.

Un bilan hémato-biochimique montre une hypoprotéinémie et une hémoconcentration. A l’échographie abdominale, on observe une gastro-entéro-colite sévère avec péritonite modérée généralisée et une adénopathie mésentérique. Un Parvo-test s’avère négatif.

Le diagnostic de syndrome d’entérite hémorragique idiopathique est retenu.

Le traitement suivant est mis en place : dès son arrivée, Arthus reçoit des bollus de cristalloïdes suivi d’une fluidothérapie. Une infusion continue de colloïdes est également instaurée ainsi qu’un traitement symptomatique : oméprazole, maropitant et sachets d’hydroxide d’aluminium.

En 24h, les symptômes digestifs, l’état d’éveil et l’appétit d’Arthus se sont nettement améliorés mais il a développé un œdème modéré de la face et des membres antérieurs.

En 48h, Arthus ne présente plus aucun symptôme digestif et son état général est excellent. Par contre, l’œdème périphérique s’est aggravé et s’étend au niveau de la face, du cou et des 4 membres. Il présente également un érythème sévère soit diffus soit sous forme de macules et de papules coalescentes principalement au niveau de la face ventrale du corps, de la face interne des membres, de la face et de de la face interne des pavillons auriculaires. Les lésions ne sont pas prurigineuses.

 

Dermatite éosinophilique et œdème chez un Braque de Weimar évoquant le syndrome de Wells

Photo 1 : érythème sévère au niveau de l’abdomen et de la face interne des membres postérieurs

 

Dermatite éosinophilique et œdème chez un Braque de Weimar évoquant le syndrome de Wells

Photo 2 : papules érythémateuses coalescentes sur l’abdomen

 

Dermatite éosinophilique et œdème chez un Braque de Weimar évoquant le syndrome de Wells

Photo 3 : érythème et œdème marqués de la face et du cou, macules érythémateuses sur la face interne du pavillon auriculaire droit

 

Dermatite éosinophilique et œdème chez un Braque de Weimar évoquant le syndrome de Wells

Photo 4 : érythème et œdème à la face interne du membre antérieur gauche

 

Dermatite éosinophilique et œdème chez un Braque de Weimar évoquant le syndrome de Wells

Photo 5 : érythème et œdème des membres postérieurs

 

Dermatite éosinophilique et œdème chez un Braque de Weimar évoquant le syndrome de Wells

Photo 6 : érythème interdigité d’un membre postérieur

 

Un syndrome d’œdème et de dermatite éosinophilique, similaire au syndrome de Wells en médecine humaine, est fortement suspecté et des biopsies sont réalisées sous sédation.

SI VOUS ETES VETERINAIRE : Pour lire la suite de cet article, veuillez vous enregistrer en haut à droite. Merci