Cellulite juvénile atypique chez un chiot Golden Retriever

Un chiot Golden retriever, femelle non stérilisée de 3 mois, est présenté à la consultation de dermatologie pour des lésions cutanées apparues 20 jours auparavant

 

Arnaud MULLER

Clinique Vétérinaire Saint-Bernard. 598, avenue de Dunkerque F-59160 Lomme

Spécialiste en Dermatologie, Dip ECVD, CES Dermatologie Vétérinaire

Article rédigé en Octobre 2018

 

L’anamnèse rapporte l’apparition initialement d’un gonflement et de croûtes au niveau de la face (menton, babines, zones péri-oculaires), ainsi qu’une adénomégalie sous-mandibulaire. Ces lésions ont régressé en partie à la suite d’un traitement antibiotique (céfalexine) et corticoïde (prednisolone à 1 mg/kg/j), mais cette évolution favorable s’est accompagnée du développement d’une masse indurée sur le thorax qui perdure depuis 10 jours.

 

L’examen clinique montre un chien en état général correct, quoique présentant une hyperthermie à 40,3°C, des lésions cutanées multiples caractérisées par des plages alopéciques et modérément croûteuses sur les babines et le menton, associée à un discret gonflement cutané dans ces mêmes zones (Photo 1 à 2). Les nœuds lymphatiques sous-mandibulaires sont encore modérément hypertrophiés.

 

Cellulite juvénile atypique chez un chiot Golden Retriever

Cellulite juvénile atypique chez un chiot Golden Retriever

Photos 1 à 2 : Plages alopéciques, érythémateuses et croûteuses sur les babines, autour de la truffe et sur le menton. Un gonflement périlabial discret est détectable.

 

Cellulite juvénile atypique chez un chiot Golden Retriever

Cellulite juvénile atypique chez un chiot Golden Retriever

Cellulite juvénile atypique chez un chiot Golden Retriever

En face dorsale du thorax gauche, une masse indurée, fluctuante et fistulisée est aisément palpable. Le liquide qui s’écoule des deux pertuis est d’aspect purulent. Aucun prurit n’est rapporté.

Photos 3 à 5 : Visualisation après tonte de la masse fluctuante tronculaire. Après exérèse des croûtes obstruant les fistules, un liquide purulent s’écoule.

 

Compte tenu de l’âge de l’animal, de l’aspect et de la localisation des lésions, l’hypothèse diagnostique principale est celle d’une panniculite nodulaire stérile sur fond de cellulite juvénile, même si une infection bactérienne ou fongique profonde ne peut être exclue.

SI VOUS ETES VETERINAIRE : Pour lire la suite de cet article, veuillez vous enregistrer en haut à droite. Merci