Un cas de furonculose éosinophilique chez un Basset Hound


Auteur : Arnaud Muller – Octobre 2006
Dip ECVD, Spécialiste en Dermatologie Vétérinaire, CES Derm
Clinique Vétérinaire Saint Bernard
598 avenue de Dunkerque
F-59160 Lomme
www.clinvetsaintbernard.com


Commémoratifs et anamnèse

Jessy Lili, une chien Basset Hound, femelle de 18 mois, est présentée à la consultation de dermatologie pour des lésions cutanées faciales apparues 2 jours auparavant (au mois d’avril). Les propriétaires ont remarqué un gonflement du chanfrein et de multiples lésions «à vif». En parallèle, la chienne a une tendance très nette à se frotter cette zone, soit sur le sol soit avec ses antérieurs. Cette chienne est correctement vaccinée, vermifugée et reçoit un Traitement antipuce en spot-on tous les mois. Elle vit principalement en intérieur mais a librement accès au jardin de ses propriétaires.

Un cas de furonculose éosinophilique chez un Basset Hound

Photo 1 : Profil à T0

Un cas de furonculose éosinophilique chez un Basset Hound

Photo 2 : Face à T0

Examen clinique

L’examen clinique montre une chienne en bon état général même si une hyperthermie à 39,6°C est constatée., L’animal présente effectivement des lésions cutanées situées sur le chanfrein. Sont donc observés un gonflement très important du chanfrein (Photo 1) et de nombreuses lésions nodulaires, coalescentes (formant une plaque hétérogène) et érosives à ulcératives (Photo 2). La pression de la zone atteinte est fortement douloureuse. Le prurit est considéré comme modéré (estimé à 5/10 sur une échelle visuelle analogique). L’examen dermatologique minutieux permet de déceler des lésions papuleuses en face palmaire des 2 carpes (Photos 3 et 4).

Un cas de furonculose éosinophilique chez un Basset Hound

Photo 3 : Nodule sur le carpe à T0

Un cas de furonculose éosinophilique chez un Basset Hound

Photo 4 : Papule érythémateuse et ulcérée à T0

Hypothèse diagnostique

Compte tenu de l’aspect et de la localisation des lésions, de leur caractère aigu, l’hypothèse diagnostique principale est celle d’une furonculose éosinophilique (nasale et podale), même si une simple réaction d’hypersensibilité à des piqûres d’insectes, une infection (bactérienne ou fongique), une démodécie et une histiocytose réactionnelle ne peuvent être totalement écartées.

Examens complémentaires

  • les raclages cutanés et le trichogramme périphérique sont négatifs
  • les calques cutanés sur les zones érosives et ulcératives mettent en évidence de nombreux polynucléaires éosinophiliques activés, des hématies, ainsi que quelques neutrophiles et macrophages. Aucun agent figuré n’est observé.
  • deux biopsies de zones non ulcérées sont réalisées sous anesthésie générale (douleur +++) et confirme la présence de lésions de furonculose, mais surtout la prédominance nette de l’infiltrat éosinophilique.

Diagnostic

Le Diagnostic est donc celui d’une furonculose éosinophilique.

SI VOUS ETES VETERINAIRE : Pour lire la suite de cet article, veuillez vous enregistrer en haut à droite. Merci