Un cas de dermatite plasmocytaire nasale et podale chez un chat


Auteur : Catherine LAFFORT – Mai 2011
Clinique vétérinaire Alliance
Bordeaux


Commémoratifs

Un chat européen femelle ovectariomisé de 7 ans est référé à la clinique vétérinaire Alliance pour l’exploration d’une masse nasale d’apparition progressive en quelques mois. Des épisodes de boiterie intermittente sur les postérieurs sont rapportés.

Examen clinique

Le jour de la consultation, l’animal est en bon état général. Il ne présente en particulier aucun symptôme respiratoire ou neurologique. Ses nœuds lymphatiques sont palpables et de taille normale. Il présente un nodule ferme et non douloureux sur le chanfrein qui est à l’origine d’une déformation nasale en « nez de clown » (photos 1 et 2). Les coussinets métatarsiens et métacarpiens sont tuméfiés mais ne semblent pas douloureux. Les coussinets non pigmentés sont violacés et squameux (photo 3).

Un cas de dermatite plasmocytaire nasale et podale chez un chat

Photo 1 : nodule sur le chanfrein, vue de profil
(les fils bleus correspondent aux points des biopsies cutanées)

Un cas de dermatite plasmocytaire nasale et podale chez un chat

Photo 2 : nodule sur le chanfrein, vue de face
(les fils bleus correspondent aux points des biopsies cutanées)

Un cas de dermatite plasmocytaire nasale et podale chez un chat

Photo 3 : coussinets métatarsiens tuméfiés, violacés et squameux

Hypothèses diagnostiques

Les hypothèses diagnostiques envisagées sont une tumeur, une mycose profonde en particulier une cryptococcose, une pyodermite profonde, une mycobactériose, une (podo)dermatite lymphoplasmocytaire. Une allergie aux piqûres de moustique pourrait être évoquée pour le nodule nasal mais elle n’expliquerait pas les lésions podales.

Examens complémentaires

L’examen cytologique du matériel prélevé par ponction à l’aiguille fine dans le nodule nasal montre un infiltrat inflammatoire composé essentiellement de plasmocytes, de quelques lymphocytes et polynucléaires neutrophiles et éosinophiles (photo 4).

Un cas de dermatite plasmocytaire nasale et podale chez un chat

Photo 4 :Examen cytologique après ponction à l’aiguille fine du nodule nasal (Diff Quick®, x 1000) :
plasmocyte ovalaire à noyau excentré et cytoplasme basophile
avec une zone archoplasmique plus claire
associé à des macrophages activés,
des lymphocytes et des polynucléaires neutrophiles

Des biopsies du nodule nasal et d’un coussinet sont prélevées afin de réaliser un examen histopathologique, une culture bactérienne et fongique après trituration et une recherche d’agents infectieux (FeLV, FIV, mycobactéries) par PCR. Les cultures et la PCR ne permettent pas de révéler la présence d’agent infectieux. L’examen histopathologique des biopsies cutanées montre une acanthose épidermique, une infiltration diffuse du derme et de l’hypoderme par de très nombreux plasmocytes, des lymphocytes, des macrophages, et sur la biopsie podale des polynucléaires neutrophiles sont également dispersés au sein de l’infiltrat plasmocytaire (photo 5).

Un cas de dermatite plasmocytaire nasale et podale chez un chat

Photo 5 : Examen histopathologique des biopsies cutanées prélevées au sein du nodule cutané (HES, x400) :
infiltration diffuse du derme par de très nombreux plasmocytes,
quelques lymphocytes, macrophages et polynucléaires neutrophiles

Un bilan biochimique de routine n’a pas révélé d’anomalies. Le test FeLV/FIV s’est avéré négatif.

SI VOUS ETES VETERINAIRE : Pour lire la suite de cet article, veuillez vous enregistrer en haut à droite. Merci