Un cas de dermatite à Malassezia associée à une tumeur pancréatique chez un chat persan


Un cas de dermatite à Malassezia associée à une tumeur pancréatique chez un chat persanAuteur : Eric FLORANT – 20
Ces de Dermatologie – Ex chargé de consultation de dermatologie ENVA
Clinique vétérinaire Les Sablons
78370 Plaisir



Présentation clinique

Un chat persan mâle castré de 8 ans nous est présenté à la consultation pour une dermatose très étendue, apparue suite à un séjour à la campagne. Il présente des lésions sur l’ensemble du corps, et plus particulièrement au niveau des extrémités, et de la face. Ce chat n’a pas d’antécédents dermatologiques, mais est suivi pour une nécrose cornéenne depuis 2,5 ans et a eu une uvéite sévère 4 mois avant.
Le chat a un poil plus court sur l’ensemble du tronc. Il présente une séborrhée grasse très étendue, en particulier sur le bas du corps; son poil a un aspect jaunâtre et est collé par touffes. Des squamo-croûtes importantes adhérentes marrons foncés sont présentes en région périorificielle: lèvres, paupières, tour de l’anus et une partie du dessous de la queue, ainsi qu’au niveau des bourrelets unguéaux, à la jonction des coussinets et sur la face interne des cuisses. Lorsque l’on écarte les poils, un érythème est noté. Les lésions sont douloureuses.

Un cas de dermatite à Malassezia associée à une tumeur pancréatique chez un chat persan
Un cas de dermatite à Malassezia associée à une tumeur pancréatique chez un chat persan
Un cas de dermatite à Malassezia associée à une tumeur pancréatique chez un chat persan
Un cas de dermatite à Malassezia associée à une tumeur pancréatique chez un chat persan
Un cas de dermatite à Malassezia associée à une tumeur pancréatique chez un chat persan
Un cas de dermatite à Malassezia associée à une tumeur pancréatique chez un chat persan

Plusieurs puces sont trouvées sur l’animal.

Face à un tel tableau clinique, les hypothèses diagnostiques suivantes sont émises :

  • dermatite à Malassezia secondaire à une maladie interne grave (tumeur pancréatique ou hépatique, thymome…)
  • maladie d’origine immunitaire de type pemphigus foliacé
  • dermatite à Malassezia secondaire à une infection par un rétrovirus
  • moins probable réaction allergique violente avec dermatite à Malassezia secondaire.

Examens complémentaires

  • Des calques cutanés sont réalisés et montre un nombre très important de levures du genre Malassezia.
  • Un trichogramme montre des poils cassés par le léchage sur le tronc.
  • Le test pour la recherche des virus FELV et FIV est négatif
  • Le bilan sanguin hématologique et biochimique est normal (Glycémie, ALanine AminoTransférase, Phosphatases ALcalines, Bilirubine totale, Urée, Créatinine, Taux de protéines)
  • Une biopsie est alors pratiquée.
    • À l’histologie (réalisée par Frédérique DEGORCE RUBIALES, LAPVSO), l’épiderme présente une acanthose irrégulière avec des squamo-croûtes parakératosiques.
      • Dans la couche cornée, de nombreux éléments levuriformes sont présents.
      • Les couches profondes de l’épiderme montrent une exocytose régulière de cellules mononuclées.
      • Dans le derme superficiel, un infiltrat inflammatoire de topographie périvasculaire, majoritairement mastocytaire, est noté.
      • Cet examen permet seulement de conclure à une dermatite à Malassezia sans autre spécificité.
SI VOUS ETES VETERINAIRE : Pour lire la suite de cet article, veuillez vous enregistrer en haut à droite. Merci