Cas de cytologie clinique : Un cas d’adénome sébacé

Cachou est une chienne stérilisée Golden Retriever de 10 ans présentée pour une consultation vaccinale, et présentant une masse cutanée localisée en région cervicale droite, de 1 cm de diamètre, nodulaire et à la surface irrégulière, dépilée, légèrement ulcérée en superficie, et découverte il y plus d’un an sans évolution notable d’après les propriétaires.

 

Dr F. Granat, DVM, Dip. ECVCP, PhD, Laboratoire d’Anatomie Pathologique Vétérinaire du Sud-Ouest (LAPVSO)

 

1/ Hypothèses diagnostiques :

Parmi les diverses hypothèses diagnostiques retenues, on peut citer :

  • Un processus tumoral :
    • Tumeur des annexes de la peau
    • Tumeur à cellules rondes :
      • Plasmocytome
      • Mastocytome
      • Moins probablement un lymphome, un langheransome (histiocytome cutané canin)…
    • Un kyste annexiel
    • Un processus inflammatoire :
      • Granulome inflammatoire, nodule lympho-histiocytaire…
      • Lésion inflammatoire et infectieuse (bactérienne, fongique…)

 

2/ Démarche diagnostique : un examen cytologique en première intention

L’examen cytologique est un examen complémentaire peu invasif, simple à réaliser, et pour lequel le résultat est obtenu rapidement : des cytoponctions ont donc été réalisées dans le cas présent afin de tenter de déterminer la nature de la lésion.

Pour rappel, la lecture au microscope d’un prélèvement cytologique se réalise systématiquement du faible au fort grossissement afin d’évaluer la qualité et la cellularité des prélèvements transmis, puis les populations cellulaires d’intérêt (ex : disposition, évaluation des caractéristiques et des éventuelles atypies cytonucléaires …), qui permettront d’émettre des hypothèses diagnostiques.

Cas de cytologie clinique : Un cas d'adénome sébacé

Cas de cytologie clinique : Un cas d'adénome sébacé

Cas de cytologie clinique : Un cas d'adénome sébacé

Les prélèvements cytologiques obtenus dans le cas présent sont de bonne qualité technique : les lames sont riches en cellules intactes et suffisamment étalées, permettant ainsi d’évaluer les caractéristiques cytonucléaires de la population d’intérêt.

L’examen cytologique met en évidence sur un fond propre, non inflammatoire et un peu gras, une population relativement abondante et majoritaire de cellules monomorphes disposées en amas cohésifs de type papillaires et souvent tridimensionnels rendant l’observation des cellules parfois délicates. Les cellules d’intérêt sont de taille moyenne à grande, de forme ronde à polygonale, et présentent un RNP moyen à faible.

A fort grossissement, ces cellules ont un cytoplasme basophile clair à moyen contenant de nombreuses vacuoles de taille petite à moyenne et optiquement vides et leur noyau est rond à ovoïde, souvent central et à chromatine grossièrement réticulée. On rapporte enfin une anisocytose et anisocaryose légères à très modérées au sein de cette population. Les caractéristiques cytonucléaires des cellules d’intérêt évoquent des cellules sébacées non atypiques.

 

3/ Suspicion diagnostique :

La nette prédominance d’une population de cellules sébacées non atypiques en l’absence d’un contexte inflammatoire amène à suspecter un processus tumoral bénin de type adénome sébacé ou une lésion d’hyperplasie nodulaire sébacée en première hypothèse.  La distinction entre ces deux entités à différenciation sébacée non atypique étant impossible d’un point de vue strictement cytologique.

 

4/ Suivi clinique :

Une exérèse chirurgicale a été pratiquée quelques mois après la consultation initiale, l’animal  ayant eu tendance à se gratter et endommager la lésion.

 

5/ Examen anatomopathologique de la lésion :

Adénome sébacé.

 

6/ Discussion :

L’adénome sébacé et l’hyperplasie nodulaire sébacée sont des lésions cutanées bénignes et relativement fréquente chez le Chien âgé [1]. Elles peuvent être suspectées à l’examen cytologique à la lumière d’une description précise de la lésion,  de la connaissance de l’anamnèse et des commémoratifs, et en l’absence d’un contexte inflammatoire ou d’un autre type cellulaire sur les prélèvements cytologiques observés. La distinction entre un adénome sébacé et une hyperplasie nodulaire sébacée n’est possible qu’à partir d’un examen histopathologique, l’aspect morphologique et donc cytologique des cellules sébacées étant identiques pour ces lésions. Il est en effet indispensable d’avoir accès à l’organisation et la distribution des cellules au sein de la lésion pour pouvoir établir un diagnostic lésionnel précis [1 & 2].

En présence d’un contexte inflammatoire et/ou d’un autre contingent cellulaire (notamment issus des annexes de la peau),  il est par ailleurs parfois délicat de différencier d’un point de vue strictement cytologique un adénome sébacé ou une hyperplasie nodulaire sébacée d’un autre type de support lésionnel pouvant être associé à une hyperplasie secondaire des cellules sébacées (ex : toute lésion cutanée associée à un contexte inflammatoire chronique +/- infectieux, hamartome cutané, autre type de tumeur des annexes de la peau associé à une composante sébacée (ex : épithélioma sébacé, carcinome sébacé bien différencié…)…). Un examen anatomopathologique est généralement alors nécessaire pour établir un diagnostic.  

L’examen cytologique est un outil diagnostique pertinent pour l’investigation des masses cutanées, autant par sa simplicité de réalisation que par les informations diagnostiques qu’il peut apporter. Il permet souvent d’établir un diagnostic, ou a minima de hiérarchiser les hypothèses diagnostiques, et ainsi orienter la prise en charge clinique.

 

RÉFÉRENCES :

[1] Gross T.L, Ihrke P.J,  Walder E.J, Affolter V.K. Skin diseases of the dog and Cat. Clinical and histopathologial diagnosis. 2nd edition. Blackwell Science Ltd, Oxford, UK; 2005 (641-647)

[2] Raskin R.E, Meyer D.J. Canibne and feline cytology. A color atlas and interpretation guide. 3rd edition. Elsevier, St Louis, Missouri; 2016 (58-59)