Cothivet sur les maux de pattes de lapines en production

Objectif du protocole

Observer si l’utilisation de COTHIVET sur des maux de pattes permet d’observer une cicatrisation macroscopique plus rapide.

 

Description sommaire du protocole

Dans un élevage naisseur-engraisseur, 30 lapines présentant des lésions podales (pododermatites ou maux de pattes) de grade II ou III sont sélectionnées :

– Lot T : 15 lapines, application quotidienne du spray à base de thiamphénicol durant 5 jours

– Lot C : 15 lapines, application quotidienne unique de COTHIVET durant 5 jours

 

Enregistrements

– Observation macroscopique (+ photos) des maux de pattes à J0 et J5 individuellement

– Thermographie infrarouge individuelle des lapines à J0 et à J5 des lésions cutanées podales (évaluation de l’inflammation locale)

 

Résultats

Etude des photographies numériques des lésions cutanées podales

J1 avant la 1ère application de COTHIVET                    

Cothivet sur les maux de pattes de lapines en production

La même lapine à J5

Cothivet sur les maux de pattes de lapines en production

 

La surface des lésions est évaluée sur chaque photographie en prenant en compte une largeur de patte de 3 cm, et la comparaison est effectuée entre J1 et J5 pour chaque lot. La synthèse des 15 lapines permet de chiffrer une réduction des lésions de 18% avec le traitement COTHIVET alors qu’elle est de 15% avec le traitement T sur la base des photographies.

 

POSTERIEURS

 

Photos J0

Photos J5

Evolution

Surfaces C (en cm²)

109,50

89,25

-18%

Surfaces T (en cm²)

91,00

77,75

-15%

 

Etude des thermographies infra-rouge des lésions cutanées podales

Les images prises en thermographie infra-rouge mettent en évidence des zones de température nettement plus élevée.

 

Lésion stade 3 en photographie numérique et en thermographie :

Cothivet sur les maux de pattes de lapines en production

Cothivet sur les maux de pattes de lapines en production

 

Lésion stade 0 en photographie numérique et en thermographie :

Cothivet sur les maux de pattes de lapines en production

Cothivet sur les maux de pattes de lapines en production

 

La thermographie permet de découvrir des lésions masquées à la vue par la densité de poils. Un tableau de synthèse peut ainsi être édité :

 

 

Thermos  J0

Thermos J5

Evolution

Surfaces C (en cm²)

73,54

63,08

-14%

Surfaces T (en cm²)

49,41

63,17

28%

 

Conclusions

La comparaison de l’utilisation de COTHIVET et du spray à base de thiamphénicol sur les plaies de podermatites montre que COTHIVET donne de meilleurs résultats.

Ainsi il serait tout à fait possible de remplacer les antibiotiques par la phytothérapie : ceci aurait en outre l’avantage d’éviter les aérosols d’antibiotiques qui sont respirés par les éleveurs ou les personnes fréquentant l’élevage.

Pyodermite bactérienne à Staphylococcus pseudintermedius résistant à la méticilline

Les pyodermites superficielles sont des infections bactériennes de l’épiderme et de l’épithélium folliculaire. Elles sont très fréquentes chez le chien, beaucoup moins chez le chat. Elles sont la première cause d’utilisation d’antibiotiques systémiques en médecine des carnivores domestiques (Baker, Van-Balen et al. 2012) . 

Nouveau cas clinique Vétoquinol : Un cas de pyodermite profonde chez un jeune chien

La prise en charge d’une infection bactérienne cutanée profonde doit s’appuyer sur le diagnostic et la prise en charge de l’affection primaire ainsi que sur la maîtrise de l’infection. Chez le jeune, la démodécie, est une cause primaire à rechercher lors de pyodermite, qu’elle soit superficielle ou profonde, localisée ou étendue.

Nouveau cas clinique Vétoquinol : Prise en charge d’une pyodermite superficielle chez un chien

Les pyodermites superficielles sont des infections bactériennes de l’épiderme et de l’épithélium folliculaire. Elles sont très fréquentes chez le chien, beaucoup moins chez le chat. Elles sont la première cause d’utilisation d’antibiotiques systémiques en médecine des carnivores domestiques (Baker et al 2012).

Nouveau cas clinique Vétoquinol : Un cas d’otite érythémato-cérumineuse secondaire à une dermatite atopique

Elphie est une chienne Bouledogue français stérilisée âgée de 8 ans. Elle présente une dermatite atopique diagnostiquée à l’âge de 3 ans se traduisant, essentiellement, par des épisodes de prurit avec érythème et lésions secondaires localisés à la face et aux pieds, ainsi que par des otites érythémato-cérumineuses chroniques bilatérales.